Le BIO : pour ou contre ?

Le bio 3

Certains sont de fervents défenseurs du BIO pendant que d’autres n’y voient qu’une arnaque instaurée par des exploitants peu scrupuleux. 89% des personnes interrogées disent avoir acheté des produits BIO et confirment qu’elles continueront à en utiliser. Les français cherchent un retour à des produits plus sains, plus goutteux offrants une meilleure traçabilité.

La France est le pays européen qui utilise le plus de pesticides, fertilisants et autres fongicides. L’institut français de l’environnement indique que 96% des rivières et 61% des nappes d’eau sont polluées à plus ou moins haute dose. L’augmentation du nombre de cancers y est probablement liée même si ces produits ne sont pas les seules en causes. D’autres éléments en effet comme la pollution de l’air, le tabac, les ultraviolets, la nourriture trop grasse et la sédentarisation ont leurs part de responsabilité. Sans compter l’utilisation intensive des antibiotiques dans les élevages qui a pour effet d’augmenter la résistance des bactéries, diminuant pas la même notre capacité à se défendre contre des maladies. L’AFFSA fait remarquer que le label BIO impose une période de 3 ans de conversion des sols minimum, ce qui limiterait les métaux lourds, sous réserve d’études à venir.

Le bio 2

De fait, le BIO a le vent en poupe. Il s’agit là d’un marché colossal. En 2006, le marché BIO s’élevait à 40 milliards de dollars dans 120 pays, dont 1,6 milliard pour le marché français. Il est en constante augmentation avec 10% de croissance depuis 1990. Les labels se multiplient offrants toujours plus de choix, mais de qualités inégales. On trouve par exemple des graisses à base d’huile de coco ou de palme dans des biscuits BIO ou des doses importantes de gélifiants et colorants dans des yaourts. Le Bio n’est donc pas la parade idéale aux produits à risques, mais plait au client qui y voit l’assurance d’une qualité de vie améliorée. Les tarifs généralement plus élevés ne le mettent pourtant pas à portée de toutes les bourses et les plus pauvres d’entre nous continuent d’acheter dans les filières traditionnelles.


Voir aussi :

- Accordéoniste interview
INTERVIEW DE L’ACCORDÉONISTE CHRISTIAN BRUT. Nous avons rencontré Christian Brut lors de la journée…
- Téléphone au volant
TÉLÉPHONE AU VOLANT : DANGER. Vous êtes au volant, votre téléphone sonne. Connaissant les risques…
- Pollution
LA POLLUTION DE L’AIR EN ÎLE DE FRANCE. La pollution en Île de France pose de graves problèmes de santé. Si la qualité de l’air…

.

.

.

.

.

.

.

.

.


S’informer c’est comprendre


Mangez cinq fruits et légumes par jour


Soutenir la presse, c’est défendre votre liberté